5 films d’animation qui font du bien au coeur !

Les films d’animation japonais ont toujours eu droit à un nid d’amour dans mon cœur. Les plus beaux d’entre eux dégagent un sens de discipline et de responsabilité qui parle autant aux enfants qu’aux plus grands, et qu’on trouve rarement dans les films d’animation occidentaux. Ces derniers sont souvent plus ‘enfantins’ et ont un schéma gentil-méchant-émotion qui fonctionne très bien en tant que divertissement mais impacte moins. Attention, cela ne veut pas dire qu’on est moins touché devant les films d’animation nés au pays du Soleil-Levant, bien au contraire. Pour avoir confus mon cœur avec 15 émotions différentes devant certains de ces films, je peux affirmer qu’ils ont un réel pouvoir émotionnel. Voici donc quelques films qui donnent un joli rebond à la vie et un bel élan d’espoir. Je finirai chaque présentation de film par une musique qui m’a personnellement émue et qui a rajouté au charme incroyable du film, parce que c’est aussi l’une des grandes forces de ces œuvres… Your Name (Kimi no na wa), Makoto Shinkai, 2016 Résultat de recherche d'images pour Your Name est le premier qui me vient à l’esprit, et c’est réellement une œuvre qui s’installe pour de bon dans notre mémoire. L’histoire est celle de deux lycéens étrangers l’un à l’autre dont les corps sont échangés pendant la nuit. On finit par comprendre que le gros de l’intrigue repose sur une tragédie qui a touché le petit village d’Itomori, au Japon. On sort complètement des conventions visuelles et scénaristiques, on a énormément de rebondissements racontés avec des illustrations à couper le souffle. C’est poétique, c’est hilarant et c’est incroyablement satisfaisant pour la seule raison que ce film est emprunt de beaucoup de bravoure et d’espoir. Quant aux parties plus subtiles à saisir, c’est ce qui fait que t’en discutes pendant deux heures avec ton voisin dans la salle de cinéma. Allez va (re)voir Your Name, tu ne regretteras pas. ♫ : Kataware Doki Ponyo (Gake no Ue no Ponyo), Hayao Miyazaki, 2OO8 Résultat de recherche d'images pour Ce petit nounours de l’animation « ghiblienne » ne manque pas une seule minute de douceur. Ponyo est le nom cette enfant rousse, qui était auparavant un genre de poisson de la quatrième dimension sous-marine. Elle veut absolument quitter la mer et retrouver son copain Sōsuke qui est lui est plutôt un gamin de la terre. Alors, je ne vais pas dire exactement ce qui fait le charme et la beauté de ce film parce qu’on va y passer la semaine. Mais il regroupe les principaux atouts des films du Studio Ghibli : une personnage principal féminin fort, de la discipline, des personnages principaux vaillants, l’importance de la famille et un niveau d’adorabilité dangereusement élevé. ♫ : Ponyo on a Cliff A Silent Voice (Eiga Koe no Katachi), Naoko Yamada, 2016 Je pense avoir raté une bonne minute du film à cause de mes larmes aveuglantes les gars. A Silent Voice donne des petites gifles au cœur tout le long, et on en ressort comme après un bon sauna. On suit le destin du lycéen Ishida qui essaye de se racheter auprès de Nishimiya, jeune fille sourde qu’il avait harcelée en primaire. Il est rare de voir un film -qui plus est d’animation- aussi cru  vis-à-vis des sujets abordés (harcèlement à l’école, dépression, suicide), mais qui réussit tout de même à s’imprimer dans notre mémoire comme véhiculant des principes de discipline, de rédemption et d’espoir. C’était un très beau film et j’espère que tu iras le voir, je pense qu’il te fera beaucoup de bien. Et aussi, écoute moi cette musique. S’il y a en une seule de tout l’article que tu dois déguster, c’est bien celle-ci. ♫ : Lit In this Corner of the World (Kono Sekai no Katasumi ni), Sunao Katabuchi, 2016
In this Corner of the World n’est PAS un film à voir avec des enfants en bas âge, il n’est pas aussi douillet et adorable qu’il semble. L’histoire prend principalement place à Hiroshima pendant la Seconde Guerre mondiale, et on suit une jeune fille prénommée Suzu. On vit les évènements à travers le regard innocent de Suzu, qui grandit et perd un peu de cette innocence à cause des horreurs de la guerre. On est pris au dépourvu à certains moments, et le film peut être dur à voir principalement parce que le ton change brutalement. Il reste néanmoins important et un bon rappel qu’une vie tranquille est une incroyable bénédiction. ♫ :  悲しくてやりきれない Flavors of Youth (Si Shi Qing Chun), Sunao Katabuchi, 2016 Dans le cas de Flavors of Youth, on est dans une production sino-japonaise, mais le charme reste le même. Nous nous trouvons en Chine, et trois récits différents nous sont contés. Chaque personnage est présenté avec un destin profondément impacté par son enfance, de manières très différentes. La première chose qu’on tire de l’œuvre est l’abondance déconcertante de nourriture alléchante. Je plaisante pas, on en oublie l’intrigue. Ensuite, encore une fois, c’est un film qui aborde des sujets plutôt sérieux, et sert un peu de leçon de morale. Il nous donne envie d’aimer, d’être aimé et de prendre soin de ceux qu’on aime. C’est tout doux. ♫ : Walk Allez, retrousse tes manches, ouvre ton petit coeur et bonne rentrée !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s